31 janvier 2023
Histoire de la Sacra di San Michele

Histoire de la Sacra di San Michele

La fondation de la Sacra di San Michele remonte aux Xe et XIe siècles, lorsqu’une renaissance du monachisme subalpin a eu lieu, comme en témoigne la construction d’un nouveau monastère à 962 mètres d’altitude sur le mont Pirchiriano. Le nom Pirchiriano dérive de « Porcariano », montagne de cochons, ainsi que des montagnes voisines Caprasio, ou des chèvres et Musiné, ou des mulets. Mais en raison du caractère sacré du lieu dans le passé, Pirchiriano est dérivé du grec avec le sens de « montagne de feu ». Cette dénomination reflétait le culte de l’archange Michel, ange de lumière.

La fondation de la Sacra ne peut être datée avec précision. Le plus ancien livre historique qui parle de la fondation de l’abbaye est le Chronicon Coenobii Sancti Michaelis de Clusa, daté du XIe siècle et écrit, au moins en partie, par le moine Guillaume. Selon le moine Guillaume, la fondation de l’Abbaye remonte à 966 et, toujours selon lui, de nombreux personnages illustres ont participé à sa construction.

Les érudits, quant à eux, datent la fondation de 983-987 à la demande d’Ugo d’Auvernia, dit Ugone lo Scucito, tandis que la consécration de l’évêque Amizone remonte à 998-1002. Au Xème siècle Hugues d’Auvergne, seigneur de Monboissier descendit à Rome pour rencontrer le pape Sylvestre II et demander l’absolution de ses nombreux péchés. Le pape l’absout mais en échange d’expiation il doit faire un choix : soit construire un monastère, soit s’exiler pendant 7 ans. De retour en France, Ugo passa par la vallée de Suse et ici il choisit le mont Pirchiriano pour construire le monastère sur lequel il y avait déjà une petite communauté d’ermites.

L’histoire plus lointaine de Monte Pirchiriano n’est pas très bien connue : sa position et la découverte de certains artefacts historiques suggèrent qu’une garnison militaire d’origine romaine s’y trouvait à l’origine. On ne sait même pas exactement quelle fut la première église construite à la demande d’Ugone.

Les moines agrandirent l’église au début du XIe siècle et élevèrent trois chapelles, qui devinrent des cryptes, et étendirent l’église vers l’ouest jusqu’au bord de la montagne. Ils ont construit 2 piliers à base de roche et érigé la façade.
Vers la fin du XIe siècle, lorsque Benoît II était abbé, l’église fut agrandie avec la construction d’un grand mur, créant un espace qui s’appelle aujourd’hui « Paradis » ou « Ancien Chœur » et servait aux sépultures. En fait, nous avons ici la fresque représentant le sermon des morts, peut-être datable de 1200.
Toujours à la fin du XIe siècle, la construction du « Sepolcreto dei Monaci » et du monastère appelé « Nuovo » a eu lieu, qui se termine par la « Torre della Bell’Alda ». Le monastère avait 3 étages et était composé de 5 murs parallèles. A la même époque, des ouvrages défensifs sont érigés (le pavillon des hôtes, qui servait peut-être à une garnison militaire) et la porte en fer.

Au XIIe siècle, sous l’abbé Ermengardo, l’église fut encore agrandie vers l’est, avec la construction d’une base qui dépasse de 12 mètres dans le vide. Sous cet agrandissement se trouve l’Escalier des Morts, au sommet duquel se trouve la Porta dello Zodiaco.

La Sacra atteindra son apogée au XIV siècle, puis amorcera un rapide déclin qui conduira en 1379, date à laquelle l’abbé Pierre de Fongeret sera excommunié et l’abbaye donnée en louange. En 1622 la vie monastique de la Sacra sera supprimée. Les quelques moines restants rejoignent les chanoines de Giaveno.
A partir de là, l’abandon commence. Le retour de la vie religieuse est dû à Carlo Alberto, qui en 1835 passa des accords avec Antonio Rosmini et les Rosminiens montèrent à la Sacra, où ils se trouvent encore aujourd’hui.
D’autres dégâts seront dus au tremblement de terre de 1885-1886. Les travaux de récupération débuteront à partir de 1889 et ne se termineront qu’en 1940.

Que voir à la Sacra di San Michele

Le sépulcre des moines

Le Sépulcre des Moines est la première étape de votre visite à la Sacra di San Michele. Il se trouve en effet juste avant l’entrée de l’Abbaye. Cet ancien temple octogonal, aujourd’hui en ruine, fut longtemps considéré comme une chapelle de cimetière. Aujourd’hui, cependant, on pense qu’il s’agissait plutôt d’une reproduction du Saint-Sépulcre à Jérusalem, une sorte d’anticipation de ce que les pèlerins pourraient observer une fois arrivés en Terre Sainte. La construction de ce qu’on appelle le Sépulcre des Moines remonte au Xème siècle. Son déclin a commencé vers 1661.

Le Foresterie

En continuant la visite vous tomberez sur les chambres d’hôtes . Ce sont deux bâtiments distincts : la Foresteria Grande et la Foresteria Piccola. La Foresteria Grande a été construite vers la fin du XIe siècle lorsque de nombreux pèlerins étaient accueillis à l’intérieur de l’abbaye qui, en suivant la Via Francigena, y accédaient pour trouver un rafraîchissement physique et spirituel. L’édifice que l’on peut observer aujourd’hui est en fait une reconstruction récente (datant de la fin du XIXème siècle).

Il est curieux de savoir qu’une erreur assez importante a été commise lors des travaux de restauration : en effet, en observant la Foresteria Grande, vous remarquerez un rempart en queue d’aronde sur son sommet. C’était généralement typique du style Gibelin. La Sacra di San Michele, cependant, étant liée à la papauté, aurait dû avoir un rempart guelfe et, par conséquent, avoir la forme d’un simple parallélépipède. La Foresteria Piccola , en revanche, était probablement un lieu de service dont la destination n’a pas encore été définie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *