1 décembre 2020
colonie-de-vacances-8-ans

Comment survivre au camping en famille?

Les vacances familiales de cet été n’ont pas toujours été des plus faciles.  Je vous le dis ici en toute honnêteté avant que mon cerveau oublie ces moments et ne se souvienne que des beaux paysages sur les photos.  Ce qui n’a pas été facile?  La gestion du comportement des enfants.  Chicane, obstinage, énervage, tout cela a été difficile pour la patience des parents.  En même temps, il faut s’y attendre un peu, non?  Partir en camping en famille, c’est comme si on décidait de vivre dans la même pièce de la maison tout ensemble 24h sur 24, cette « pièce » oscillant entre l’habitacle de l’auto, la tente et le terrain de camping.  Qui peut être surpris que des frictions apparaissent?  D’autant plus qu’on s’amène dans un environnement différent où les petits n’ont plus leurs repères, leurs jouets, leur télévision!

Cet été, ça m’a paru pire que les étés précédents.  Est-ce parce que mon fils de bientôt 5 ans ne fait plus du tout de sieste en auto?  Est-ce parce que son niveau de langage est suffisamment développé pour entrer dans les joutes verbales initiées par sa grande sœur ?  Est-ce parce qu’on a choisi notre plus éloignée destination à vie en auto, la Virginie?  Est-ce parce que les enfants restaient confinés au terrain, mon conjoint jugeant les excursions dans la forêt autour du campement trop dangereuses étant donné la possible présence de serpents venimeux?  C’est peut-être un peu tout ça.  N’empêche que durant ces 2 semaines de camping, je n’ai pas pu m’empêcher de lister des résolutions à suivre pour l’été prochain afin de minimiser ces ambiances difficiles.  Vous avez d’autres trucs qui se sont révélés efficaces?  N’hésitez pas à me les donner, je prends tous les conseils!

Soyez attentifs à leur besoins.

La faim des enfants arrive soudainement et fréquemment puisque à campinglesjonquilles, il y a beauocup d’activité .  Soyez prêts et ayez toujours des collations à porter de main, que ce soit en auto, dans la nature ou à la plage.  Sachez aussi reconnaître les signes de fatigue.  À notre troisième jour de vacances, mon plus jeune avait un comportement vraiment difficile.  J’en ai conclu que la fatigue en était probablement la responsable.  Je l’ai gardé – de force! – au camping avec moi pour une sieste dans le hamac.  Après une bonne et longue sieste, ça allait un peu mieux!  Coucher les enfants plus tôt qu’à l’habitude peut aussi être une bonne idée, surtout si les nuits sont plutôt mauvaises.

Favorisez leur autonomie.

vos petits moments de solitude habituels comme aller aux toilettes, prendre une douche, dormir?  En camping, ils deviennent facilement des moments de groupe avec vos enfants.  Soit parce que vos enfants sont trop petits ou ne connaissent pas le chemin pour aller à la toilette, soit qu’ils ne réussissent pas à faire fonctionner la douche seul ou que vous voulez économiser des sous, soit parce qu’ils ont peur de s’endormir sans vous dans la tente…  Ne plus bénéficiez de ces petits moments de soupape peut être difficile à la longue.  Assurez-vous donc de favoriser leur autonomie.  Pour la toilette, amener un petit pot, enseignez à votre enfant les rudiments du pipi en nature ou faites quelques fois le chemin avec lui vers le bloc sanitaire avant de le laisser aller seul/ Pour la douche, si votre enfant ne peut le faire de façon autonome, alterner cette responsabilité avec votre conjoint.  Pour le dodo, entraîner rapidement vos enfants à s’endormir sans vous.  Vous aurez en prime quelques soirées en amoureux sur le bord du feu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *