30 juillet 2021
Sri Lanka

SOPHROLOGIE ET SANTE GLOBALE

Santé morale

Il est un fait que la pratique régulière de la sophrologie a un impact important sur notre moral. En 25 ans de pratique, c’est peut être le point sur lequel, les personnes concernés, insistent en premier. L’agitation mentale et les ruminations s’apaisent, l’état d’esprit s’améliore. Chacun peut valider ce « glissement » progressif qui nous permet de goûter à une meilleure qualité de vie.

On peut noter également un allant, une capacité à se projeter dans des projets, une forme d’optimisme, qui reviennent peu à peu. Bien entendu, il faut voir ces phénomènes comme une dynamique qui s’inscrit dans le temps. Ce temps est un temps extérieur ou chronos, assujetti à notre autodiscipline et pratiques, mais également un temps intérieur, celui de cette subtile alchimie qui nous conduit à retrouver notre homéostasie ou équilibre intérieur, pour lequel nous sommes programmés depuis notre naissance.

Santé physique

La perception de la santé physique dans nos sociétés a considérablement évolué depuis un demi-siècle. Exit la sagesse populaire, les rythmes de la nature, la qualité de l’air, de l’eau et des aliments, nous voici rentré dans l’ère de l’ignorance, de la consommation sans discernement, du tout médicament et/ou vaccin.
Il n’est plus question de stimuler son immunité, mais bien de prendre des produits de synthèse afin d’effacer les symptômes. Que dirait-on d’un individu soumis à de très fortes chaleurs s’il en venait à casser son thermomètre comme seule solution à son inconfort ? C’est ce que je m’efforce de faire dans ma pratique de la sophrologie à Toulouse ce que Et pourtant, c’est bien ce que propose souvent l’allopathie et les laboratoires qui règnent en maîtres sur les critères thérapeutiques de la faculté de médecine à l’hôpital, en passant par les cabinets médicaux.

Le « grand public » est, j’en ai bien peur, à des années-lumière de la connaissance du fonctionnement de leur corps. Ils subissent ainsi, de façon passive, l’autorité médicale et es nombreuses dérives. La tendance est à discréditer voire interdire des médications simples, peu couteuses et efficaces. Cette tendance est soutenue par le monopole de la presse scientifique appartenant à une poignée d’individus, rarement au service du bien public. La sophrologie, en nous permettant de dévoiler une conscience plus profonde nous aide à nous déconditionner et ainsi aller vers des connaissances, des pratiques et un mode de vie plus sain.

C’est ainsi que nous retrouvons une certaine souveraineté face à la « pensée unique » qui voudrait nous uniformiser et nous imposer une certaine vision du monde. On peut observer une augmentation sensible de citoyens qui se tournent vers des médecines dites « douces », une recherche l’aliments sains et un mode de vie plus simple et plus responsable. Il est clair que la santé vient essentiellement de soi et non d’une compilation de drogues censés étouffer nos symptômes. Ceci dit, mon propos n’est pas dogmatique et intègre les bienfaits de cette médecine « chimique » lorsque la situation d’urgence l’impose. Il est bon de rappeler la phrase de notre « ami » Hippocrate : « Primo, non nocere ». Notre actualité nous montre qu’on a pas fini de la citer.

Santé sociale

La sophrologie a fait une entrée remarquée également dans l’entreprise. Elle présente plusieurs avantages.
A force de rappeler que l’objectif de l’entreprise, c’est de faire des bénéfices, on oublie souvent que ce sont les talents et l’investissement des individus qui la composent qui en sont le principal levier.

En tant qu’être social, on peut de façon autonome, développer des capacités relationnelles, une automotivation et des aptitudes sociales supérieures qui vont avoir une influence importante que la qualité de notre travail, mais également sur la façon de vivre sa vie socio-professionnelle. Ce sont des caractéristiques de l’Intelligence Emotionnelle, trop peu cultivée encore dans notre contexte professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *