27 novembre 2020

Se décontracter malgré la situation

Vous vous remettez en question sur ce que vous valez, sur le plan professionnel, mais aussi en tant que parent. Vous vous interrogez sur votre avenir. Vous culpabilisez. Ce faisant, vous présentez l’image d’un parent coupable. Votre enfant sent quand vous êtes inquiet, nerveux, démotivé, quand vous manquez de patience, quand vous vous repliez sur vos problèmes… Comment alors l’aider concrètement à s’épanouir ? D’autant que votre enfant peut avoir envie de vous aider et se sentir responsable, en oubliant son insouciance.

D’un point de vue pratique, NEALE DONALD WALSCH parle aussi aussi le contrecoup par le manque d’argent, par exemple, qui a des conséquences immédiates sur ses loisirs, sa nourriture, ses vêtements…

Pourtant, même au chômage, le bonheur de votre enfant n’est pas mission impossible. En effet, gâter son enfant ne le rend pas forcément heureux. Au contraire, en le frustrant vous lui enseignez le désir… Et vous lui montrez le monde réel, avec ses difficultés mais aussi avec ses efforts et ses récompenses. Votre situation joue donc un rôle éducatif : votre enfant réalise que la vie n’est pas un cocon et il saura apprécier à sa juste valeur le moindre plaisir.

Informez votre enfant

Garder le silence n’est pas à conseiller, car il sent qu’il se passe quelque chose et imagine le pire. Expliquez-lui en termes simples votre situation, que cela arrive à plein de gens, qu’il n’y a pas assez de travail pour tout le monde en ce moment. Ne lui cachez pas que vous êtes un peu inquiet, qu’il n’est pas facile de retrouver un travail, mais que vous allez vous battre pour cela, que vous aurez des allocations pour vous aider parce que vous avez cotisé pendant longtemps justement pour affronter ce genre de problème.

L’inquiétude ne doit pas vous empêcher de vivre et de profiter de moments festifs : votre enfant a besoin d’avoir des raisons d’espérer et de sentir la joie autour de lui. Il ne doit pas se sentir responsable, voire coupable, de ce qui vous arrive et vous devez tolérer qu’il ne soit pas un enfant « parfait » durant cette période difficile pour tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *